Icch Paris 2012

Icch Paris 2012

 

Les Écoles nationales d’excellence Paris-Malaquais, Paris La Villette et Versailles ainsi que le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) invitaient quiconque à participer au 4th  International Congress on Construction History (4ème Congrès international d’histoire de la construction). Après Madrid (2003), Cambridge (2006) et Cottbus (2009), cet événement a eu lieu à Paris en 2012.
Par définition, l’histoire de la construction apparaissait  comme hybride, associant le design à la fabrication, la phase de conceptualisation à la phase de mise en œuvre. Il était donc nécessairement interdisciplinaire en combinant historiens et praticiens de toutes sortes. L’histoire de la construction était également multi facette: matérielle, conceptuelle, patrimoniale. Grâce à ce quatrième Congrès international, plusieurs nouvelles démarches ont pu faire surfaces :

  • Réunir une grande communauté d’érudits et de techniciens

L’objectif était de regrouper les approches techniques de l’histoire de la construction, déjà bien établies et dynamiques, tout en développant ses dimensions sociales et culturelles. C’est pourquoi ils appelaient à la participation d’une grande communauté de praticiens établis, de chercheurs établis et de candidats au doctorat, qu’ils soient historiens de la technologie, de l’art, de l’architecture, du droit ou de l’économie, ou des archéologues et des anthropologues, ainsi que Politiciens, architectes, ingénieurs, techniciens et artisans.

  • Identifier et lancer de nouveaux champs de recherche

Accroître la base de connaissances et l’appréciation des technologies: l’histoire de la construction établissait des parallèles entre les techniques traditionnelles et le savoir-faire contemporain. Il jouait un rôle déterminant dans la connaissance et la conservation des techniques du passé, ainsi que dans la reconnaissance de ce patrimoine et de sa valeur.

Pour donner une dimension historique et critique aux questions actuelles d’économies d’énergie et de durabilité des matériaux: l’histoire de la construction était essentielle pour reconsidérer fondamentalement la façon dont ils développaient  la ville et la campagne et le réévaluation nécessaire non seulement pour réduire les impacts environnementaux, mais aussi des méthodes de production pour les bâtiments et les structures urbaines et rurales.

Développer l’enseignement de la construction pour les architectes et les ingénieurs: au cours des dernières années, de nombreuses universités et écoles d’ingénierie et d’architecture ont pu développer des cours d’histoire dans des programmes dédiés à la construction et à la restauration. La dimension culturelle, intrinsèquement liée au prospect historique, informait la pratique du «projet de conception».

  • Pour rapprocher les enseignants-chercheurs des différents continents

Dans le cadre du travail entrepris pour établir un réseau de praticiens et d’historiens, le Congrès a fait un effort concerté pour toucher les chercheurs locaux, nationaux et continentaux jusque-là à peine présents dans les débats internationaux, notamment ceux issus de: Afrique, Asie, Sud L’Amérique, le Maghreb, le Mashreq et l’Europe de l’Est.